Print
Polyamour mon cul !


Quand ces neuneus de journaleux découvrent le polyamour, ils se mettent tous à frétiller du popotin et c’est le stylo-bite en érection, le clavier qui s’exalte et la souris surexcitée, qu’ils s’attèlent alors à nous servir des plâtrées de bouillie grumeleuse : « Et si le polyamour était l’avenir du couple ? » titre absurdement Slute.fr, « Et si j’essayais le polyamour ? » s’interroge, toujours dans la question existentielle à deux balles, Psychogogole Magazine pendant que Cosmopolithon nous assène un aussi ferme que niaiseux « Le polyamour, c’est bon pour le moral »
Et tous de se sentir délicieusement subversifs, incroyablement novateurs et surtout très satisfaits de leur connerie.
Comme si polyaimer n’était qu’une question de bonne volonté, comme si savoir l’être aimé dans le lit d’un(e) autre pouvait se gérer cérébralement, froidement en omettant le cri des tripes et des boyaux, comme si nos cœurs, ces grands chevaux sauvages et indomptables faits pour galoper dans les steppes infinies, n’étaient que des petits poneys dociles trottinant dans un manège sombre et moisi.
C’est ça oui, nos équidés cardiaques n’attendent que les instructions dictées par ces stupides torche-culs pour se mettre à frémir.
Aimer n’est pas une tendance ELLE mais une impulsion.
Et si polyamour il doit y avoir, ça ne peut qu’être le fruit d’une collision fortuite.
L’amour est un jeu de hasard et je suis convaincue que lorsqu’il y a une volonté, une planification « Demain j’essaye le polyamour » ce n’est plus tout à fait de l’amour.
Il n’est pas né encore celui qui parviendra à ordonner le tumulte de nos sentiments.
Il n’est pas né non plus, celui qui saura me convaincre du bienfait des amours multiples, celui qui saura raisonner mes instincts de propriété sentimentale, mes peurs et mes failles, et je persiste à croire que le concept « polyamour » vanté et vendu par les médias n’est qu’une vaste mascarade.
Mais encore ? Plus sincèrement ? Pourquoi cette mode m’énerve ?
Réponses comme elles viennent, en vrac.

« Polyamour » rien que le nom me file de l’urticaire.

Mot au passage, que mon correcteur orthographique s’obstine à souligner en rouge comme une trop flagrante incohérence. C’est quoi ce truc inventé de toutes pièces ?
« – Bon les gens, la polygamie, c’est mal et interdit par la loi, le libertinage, c’est trop beauf, il faut qu’on trouve un autre nom et si possible, avec un peu d’amour dedans, parce qu’avec un peu d’amour, ça passe toujours mieux !
– Hmm… Les partouz-cœurs ?
– Non non, ça sonne encore trop DSK !
– Polygamour ?
– Trop Kadhafi !
– Et si on enlevait le point G ? Polyamour ?
(Tous en chœur) : BANCO !! »
C’est purement personnel mais je trouve que ce terme a quelque chose de précieux-prétentieux, sue le désir qui ne s’assume pas totalement. Lèvres pincées, slibard en flammes.
Et à ces snobinards du cul, je préfère bien mieux la franchise du petit libertin camping-cariste du Cap d’Agde qui vit les pulsions de son slip avec sérénité.

Qui sont ces monstres de confiance tranquille ?

On touche là sans doute, une de mes cordes les plus électriques.
Est-ce ma fâcheuse propension à voir la bite mi-molle alors qu’elle est mi-dure ? Pour moi, aimer doublement, triplement, c’est plus prendre le risque de cumuler les emmerdes que le bonheur.
Qui sont ces gens sans peurs ni doutes qui peuvent prétendre polyaimer ou être polyaimés paisiblement, sans succomber à la jalousie ou la venimeuse comparaison ?
Qui sont ces cœurs présomptueux ?
Je regarde autour de moi et hormis quelques rares fanfarons qui fantasment tout haut, s’imaginant dans un jacuzzi entourés de trois bombes atomiques souples et bienveillantes, je ne vois personne, aucun ego suffisamment cuirassé pour pouvoir envisager la chose avec placidité.
Mon homme dans les bras d’une autre, juste d’y penser, j’ai mal au ventre, j’ai l’ego qui flanche et tremblote, les questions qui fusent et qui mordent ; est-ce qu’elle est plus drôle que moi ? Est-ce qu’elle a la peau aussi douce que la mienne ? Est-ce qu’à elle aussi, tu lui fais des papouilles au creux des poignets ? Est-ce qu’à elle aussi, tu dessines avec ton doigt des choses sur son dos qu’elle doit deviner ?
Si tu me dis oui, j’en crèverais.
Je peux comprendre un égarement sexuel mais amoureux, c’est juste inconcevable.
Je m’en cogne des sondages bidons, des études à la con qui jurent que « le polyamour, c’est bon pour le moral » j’écoute seulement les sommations de mes viscères : je ne veux pas partager, j’ai trop la dalle pour des demi-portions.
Et si j’ai peur comme ça, c’est aussi parce que je sais que si c’est moi qui m’en vais chercher des bouts d’amour ailleurs, c’est que tu ne me satisfais plus pleinement. Si je n’ai plus peur de te perdre, c’est que la tendresse et le confort du quotidien ont remplacé la fougue et la passion, c’est que l’admiration que j’ai pour toi se meurt, c’est qu’on devient sans doute un peu trop tièdes, un peu trop sages.
Le polyamour, c’est juste du Xanax contre l’ennui conjugal.

Si le cœur est élastique, le temps lui, ne l’est pas.

Et aimer correctement, c’est consacrer du temps à l’autre.
L’amour est une affaire bien trop sérieuse pour tolérer la dispersion.
Quand on fait les choses bien du moins.
Le polyamour reste à mes yeux, le parfait reflet d’une société vite blasée, l’insatisfaction chronique chevillée au cœur, lâche, elle préfère fuir vers des horizons neufs et bien plus attrayants que s’échiner à rendre son couple plus excitant. Toujours ce maudit choix de la facilité.
On n’aime plus, on like compulsivement.

« J’ai connu tant de femmes dans ma vie, que j’ai pour ainsi dire toujours été seul.
Trop, c’est personne. »
(Romain Gary)
[Pour C.S, tu sais pourquoi]

Partage-moi !

  • Tweet

  

 


 

Inscrivez-vous gratuitement
 
 Rejoignez la communauté des inscrits
 

 

 

plan cul rencontres afterwork sexfriends partouze

 Une entrée offerte au prochain afterwork sexfriends ici

 

 

plan cul rencontres afterwork sexfriends partouze

 Une entrée offerte au prochain afterwork sexfriends ici