Print

Interview de Yuna :

Raconte moi ton parcours, d’où viens-tu, où habites-tu ?

Je vis dans l’Hérault depuis août dernier, j’ai rejoins mon compagnon et Maître afin de pouvoir vivre notre histoire.

Dis-nous une expression qui te correspond bien.

Avoir l’esprit mal placé ?

Quelles activités tu fais alors ?

Je fais des photos journalières, des séances photos sur différents thèmes et dans des déguisements. Je filme et prends des photos de mes habits et de mes séances BDSM. Je poste beaucoup sur twitter mais aussi sur MYM. Je prévois aussi de commencer la diffusion en direct comme camgirl et peut-être ouvrir un profil sur vends ta culotte, afin de vendre mes vidéos et photos à l’unité pour ceux qui ne souhaitent pas un abonnement mensuel. Peut-être aussi vendre des sous vêtements, comme j’ai des fans qui adorent ça.

Interview Yuna

Interview de Yuna suite :

Qu’est ce que ça te procure d’être sur mym ?

MYM me permet surtout de publier toutes mes photos et mes vidéos complètes, tout en ayant un petit complément de revenus. MYM me permet aussi d’avoir des commandes de photos et vidéos.

Qu’est ce que cela t’apporte humainement parlant ?

MYM ne m’apporte pas forcément beaucoup humainement parlant, j’ai beaucoup plus d’interactions via Twitter. C’est d’ailleurs grâce à Twitter que j’ai ouvert mon mym et que je pense faire d’autres activités sur des plateformes différentes. Ça m’a apporté plus confiance en moi. J’ai pris conscience que j’avais, entre autre, un certain talent pour la photo érotique, ce que je ne soupçonnais pas. J’aime être désirée et donner du plaisir, c’est aussi ce que twitter et MYM me permettent et ça en restant indépendante.

Comment es-tu arrivée dessus ?

Je suis arrivée sur twitter à la base pour pouvoir parler et partager sur ma soumission puis, ça a été un exutoire pour mes envies d’exhibition, d’exciter des personnes, pour avoir des relations sociales (je suis très seule entre le chômage et la pandémie) et aussi pour me sentir mieux dans mon corps.

Je suis arrivée sur MYM à force de voir d’autres personnes se lancer et pour m’aider à financer mes loisirs, mes lingeries, tenues sexy etc. …

Interview Yuna

Interview de Yuna : suite

Quel est ton quotidien ?

Comme je ne travaille pas et que j’ai pris une année pour prendre soin de ma santé physique et mentale, je m’occupe donc beaucoup des tâches ménagères, de mon beau-fils lorsque nous l’avons et qu’il sort de l’école. J’aime cuisiner, regarder des séries, des films et je m’occupe aussi de mon chien. Mes semaines sont aussi rythmées par des rendez-vous médicaux. Je poste régulièrement sur twitter et MYM donc je fais souvent des photos et vidéos pour eux, je passe donc aussi beaucoup de temps à les trier, les traiter soit pour m’anonymiser, soit pour les rendre plus agréables.

Raconte-nous une anecdote coquine et drôle.

Une petite anecdote coquine et drôle que j’ai vécu plusieurs fois avec Mon Maître, c’est que lors de l’orgasme ou lorsque je prends du plaisir, j’ai tendance à expulser les plugs. Du coup il m’a appelé cataplug, car je catapulte les plugs, cela nous fait toujours rire.

Interview Yuna

Raconte-nous tes premières vidéos, et comment c’était ?

Les premières vidéos coquines que j’ai faites, étaient pour des hommes que j’avais choisis, tournées seule, et je me suis rendue compte que cela leur plaisait beaucoup, les excitait beaucoup mais aussi que cela avait le même effet sur moi. Ensuite les premières que j’ai posté sur twitter et MYM, je les ai tournées toujours avec mon portable et avec Mon Maître. Au début, je tenais mon portable à bout de bras ou je le calais de manière plus ou moins efficace comme je pouvais. Depuis quelques temps j’utilise aussi un trépied, ce qui fait généralement de meilleurs rendus et est bien plus pratique. Je suis loin de publier tout ce que je filme ou prends comme photo et je tiens particulièrement à garder un côté amateur à ce que je fais, donc je ne prépare pas vraiment les vidéos (à part ma tenue ou les jouets etc. …), pas de texte par exemple et surtout je ne simule rien ou ne me force à rien, cela doit rester un plaisir.

Quelles sont tes convictions, tes combats ?

En matière de sexe et de BDSM, mes convictions c’est que chacun est libre de vivre les choses comme il le souhaite tant que c’est avec le consentement de ses partenaires et aussi qu’on prend un minimum de précautions pour sa santé et sa sécurité. En tant que femme et féministe, je pense qu’il est important que les femmes puissent assumer leur sexualité, leurs envies, sans pour autant qu’on leur manque de respect. Par exemple ce n’est pas parce que je montre que j’aime le sexe, que j’aime être soumise et que j’aime le bdsm que j’ai envie de n’importe qui et que n’importe qui m’aborde pour que j’assouvisse ses fantasmes, et encore moins qu’on m’impose des photos de bites ou des insultes que mes partenaires pourraient utiliser. D’une manière plus générale, pour moi le sexe et le BDSM doivent servir à l’épanouissement de la personne qui les pratique, que ce soit physiquement ou psychologiquement.

Interview Yuna

Une dernière particularité te concernant ?

Je dirais que j’ai plusieurs particularités entre autres que je suis bipolaire et hypersensible, ce qui peut parfois me compliquer la vie et aussi faire que je ne peux pas être toujours active de la même manière sur les réseaux. J’assume ces particularités qui font la personne que je suis même si cela n’a pas toujours été facile.

Mon https://twitter.com/SoumiseY

Swame :

J’ai eu de la chance de rencontrer cette belle demoiselle autour du pizza ou j’ai passé un excellent week-end. J’adore cette femme.

Vous connaissez Yuna grâce à cet interview de Yuna, si vous voulez connaitre Bloom, !