Lorsque je l’ai aperçu dans la rue, elle était entourée d’hommes qui la harcelaient. En m’approchant avec Loïc, il les repoussa en mettant un coup à l’un deux. Ces salauds partirent

Lorsque je l’ai aperçu dans la rue, elle était entourée d’hommes qui la harcelaient. En m’approchant avec Loïc, il les repoussa en mettant un coup à l’un deux. Ces salauds partirent à toute allure. La jeune femme brune aux yeux clairs, s’est mise à pleurer.

Loïc, mon colocataire, me propose de l’aider et de l’accueillir dans notre appartement situé à quelques rues. Une fois arrivés, la jeune femme s’est mise à sauter dans mes bras, tout en pleurant de plus belle. Je l’accompagnai dans ma chambre, et lui proposa de la laisser seule, chose qu’elle refusa. Elle souhaitait ma présence.

La salle de bain était attenante à ma chambre, sans me demander ma permission, elle se déshabilla. Je pu découvrir une jeune femme brune, un visage fin, petite par sa taille, petite poitrine assez fine. Je pense qu’elle devait peser 40 kilos tout mouillé. Pendant qu’elle se faisait couler un bain, j’en profitai pour aller laver ses vêtements et lui préparer une boisson chaude, elle resterait à la maison pour la nuit, il était déjà 23h hors de question qu’elle ressorte.

Malgré la gravité des choses, je ne pu m’empêcher de voir sa beauté. Je lui apportai son café chaud, elle nous remercia moi et Loic. Cette jeune femme commença à me raconter son histoire. Comment elle a pu être malmenée ainsi. Elle ne devait voir qu’un seul homme sauf que c’était un piège et plusieurs hommes l’attendaient. J’essayais tant bien que mal à la rassurer, lui indiquant qu’elle était en sécurité et qu’elle pouvait passer la nuit ici, j’irai dormir dans le salon. Chose qu’elle refusa encore et souhaitait ma présence réconfortante.

Pour essayer de lui faire oublier sa mésaventure, je me présentais ainsi que Loïc. Je lui donnai un grand t-shirt pour la nuit, allongé l’un à côté de l’autre, elle me posa plein de questions. Une heure s’était passée, quand tout d’un coup, elle se redressa et m’embrassa. Je fus surpris, mais je ne pouvais refuser ce baiser. L’ambiance fut de plus en plus chaude, ses mains parcouraient mon corps, descendant dans mon entre-jambe et me caressait par-dessus mon pantalon. Ni une ni deux, elle déboutonna mon jean et passa sa main sous mon caleçon.

Tout allait très vite, trop vite même ! Mais que dire à cette femme ? Je ne savais même pas son nom, mais elle savait ce qu’elle voulait. Je la retournai pour parcourir son corps de baisers. M’arrêtant sur ses tétons que je pouvais mordiller, aspirer. Ses tétons étaient dressés tel des petits dômes. Sa respiration devenait de plus en plus forte. Je descendais pour m’attarder sur son joli minou. Me délectant de son nectar, qu’est-ce qu’elle pouvait mouiller ! Sa main repoussa ma tête, elle voulait plus, et cela tombait bien, mon colocataire était aussi présent dans l’appartement.

Elle me tira par la main et se dirigea dans la chambre de Loic. Il était nu sous son drap. Bien musclé, c’est sûr qu’il plaisait aux femmes. Elle me demanda d’aller le sucer pendant son sommeil. Ayant déjà eu quelques relations bi-sexuelles avec mon colocataire, je n’y voyais pas d’inconvénients. A peine sa queue dans ma bouche, qu’elle se mise à gonfler. Cette jeune inconnue en profita pour se mettre derrière moi et me caresser mon cul. Après quelques coups de langues sur son gland, Loic se réveilla et pu apercevoir cette scène. Moi en train de le sucer, et cette femme, derrière moi en train de me caresser les fesses. C’est alors qu’elle me rejoignit et à nous deux nous nous occupions de la queue de mon colocataire.

Loic se releva, m’embrassa et me demanda de me retourner. Je me plaçais donc à quatre pattes, en position de levrette. Son sexe encore dégoulinant de salive, commença à me pénétrer, tout en embrassant cette jeune femme. A son tour, elle se mise à quatre pattes, à côté de moi. Loic pouvait donc alterner de cul en cul. Un coup en moi, un coup en elle. Après plusieurs coups de bites, il se retira et on se mit de nouveau à le sucer à deux. Mais c’est elle qui pu satisfaire notre ami jusqu’à l’orgasme, et avaler tout son sperme.

Essoufflés, nous nous allongeons tous les trois, et on s’endormit assez rapidement, nus l’un contre l’autre.

Partager :

Articles similaires